FAQ

HERBORISTERIE, n.f. :

L’herboristerie consiste à la préparation et la commercialisation de plantes médicinales ou de préparations dérivées.

 

PHYTOTHÉRAPIE, n.f. :

Traitement ou prévention des maladies par l’usage des plantes.

 

Si les plantes sont aussi efficaces, pourquoi l’herboristerie est-elle peu connue du grand public ?

 

Il faut savoir que jusqu’à la première moitié du XXème siècle, les plantes occupaient une place centrale dans la médecine traditionnelle. 

Ce n’est qu’à partir de la Seconde Guerre mondiale que tout va changer lorsque le 11 septembre 1941 le régime de Vichy fait voter une loi abolissant le certificat et donc le métier d’herboriste.

 

C’est ainsi que l’industrie pharmaceutique a évincé l’herboristerie et connu une croissance exponentielle, en même temps que l’agriculture intensive. 

 

Aujourd’hui les choses changent et nous sommes de plus en plus nombreux à chercher des solutions alternatives à la médecine et à la pharmacie conventionnelles en nous tournant vers d’autres méthodes de soin, plus douces, comme la phytothérapie. 

 

Pourtant la loi reste la même depuis 1941. Des voix s’élèvent pour faire bouger les choses, mais les lobbys en place sont puissants. 

 

La législation actuelle sur l’herboristerie est très complexe. 

 

Le plus important à savoir c’est qu’il existe deux catégories de plantes :

  • les plantes “autorisées”, vendues seulement par les pharmaciens, qui ont de fait un monopole dessus
  • les plantes “libérées” qui peuvent être vendues par n’importe qui, mais sans allégations de santé. 

 

Voilà pourquoi les notices de ces produits sont souvent vagues, voire inexistantes. 

 

Ce flou général autour de la réglementation entretient l’idée que l’herboristerie relève du savoir de grand-mère, voire du charlatanisme, qu’elle n’est pas efficace et dépassée par la médecine moderne.

 

Pourtant nous verrons ensemble que herboristerie et médecine moderne ne sont pas à opposer, bien au contraire !

 

⇨ Vous faire accompagner par un professionnel sérieux dans la découverte des plantes est donc la meilleure garantie que votre traitement sera vraiment efficace.

 

Étant personnellement spécialisée dans le conseil et non dans la vente, j’ai le droit de vous expliquer les propriétés de ces plantes en toute transparence. 

Ainsi vous saurez précisément quels bénéfices vous pouvez en attendre, comment les utiliser, à quel dosage, pendant combien de temps et à quelle fréquence.

 

L’herboristerie c’est pour les spécialistes…

 

Je sais que l’herboristerie est un domaine qui peut paraître intimidant, voire austère. 

 

En fait, tout dépend de la façon de l’aborder. 

Si vous vous plongez directement dans un manuel de botanique plein de termes savants et de noms latins, il y a fort à parier qu’il vous tombera des mains très vite ! 

 

C’est pourquoi je privilégie avant tout l’apprentissage de manière vivante et ludique, par la pratique et que mes ateliers comprennent autant que possible un temps de cueillette (selon la saison et les conditions climatiques). 

 

C’est vraiment la meilleure manière de retenir ce qu’on apprend. Et c’est aussi pour cette raison que je limite le nombre de participants à chaque atelier. 

Ainsi je suis à l’écoute de chacun.

 

Est-ce que ce n’est pas dangereux ?

 

J’ai conscience que l’idée d’ingérer des plantes que l’on a cueillies soi-même peut faire peur. 

 

Le risque principal – et il y a régulièrement des accidents – c’est de mal identifier les plantes. 

On ne peut pas non plus cueillir ses plantes n’importe où. 

 

Il est donc indispensable avant de se lancer soi-même de se faire accompagner par un professionnel qui vous rassure. 

 

Vous avez encore peur de vous tromper une fois seul ? 

Sachez que je ne vous propose que des plantes avec lesquelles il n’y a aucun risque de confusion, donc pas d’inquiétude !

 

A l’issue de la session, vous saurez :


  • Où récolter les plantes qui vous font du bien
  • Les reconnaître sans hésiter 
  • Les préparer en toute confiance.

 

Faut-il avoir déjà des connaissances en herboristerie pour participer à vos ateliers ? 

 

Rassurez-vous, même si vous ne connaissez rien aux plantes, vous êtes le bienvenu ! 

Mes ateliers sont accessibles à tous, quel que soit votre parcours et votre niveau de connaissances en botanique. J’adapte mes cours en fonction des participants.

 

Tout ce dont vous avez besoin, c’est de curiosité et d’envie d’apprendre.

 

Fabriquer soi-même ses produits c’est compliqué

 

Pas du tout ! 

Je ne vous propose que des préparations simples à faire. 

 

Tout ce qu’il faut, c’est : 

 

1) Des plantes que vous pouvez trouver facilement dans la nature environnante

2) Un équipement de cuisine basique (fouet, balance, casserole, bocaux) 

3) Des adjuvants simples et économiques. 

 

Selon les produits, j’utilise de la cire (d’abeille ou de riz), de l’huile végétale, de l’eau, de l’alcool, de la glycérine végétale, éventuellement des huiles essentielles. 

 

Les seuls conservateurs que j’ajoute sont naturels bien sûr : vitamine E, miel ou propolis. 

 

Fabriquer un baume, par exemple, ne vous prendra que 20 minutes.

 

Justement, d’où viennent vos plantes et vos produits ?

 

Comme je vous le disais plus haut, on ne peut pas cueillir ses plantes n’importe où.

Je vous emmène donc dans des zones que je connais, à l’écart de toute pollution.

 

Quant aux produits complémentaires que nous utilisons pour fabriquer les produits, ils sont labellisés BIO.

 

Ainsi vous rapportez chez vous un produit de grande qualité.

Sachant qu’un produit équivalent dans le commerce peut coûter plusieurs dizaines d’euros, mes ateliers valent largement l’investissement de 45 €.



Si vous avez encore des questions, contactez-moi, je serai ravie de vous répondre.